Patients au coeur de la Santé

Le groupe de travail "Patients au coeur de la santé" a émergé suite au forum ouvert du 2ème MeetUp. Cette page est dédiée aux ressources qui permettent d'alimenter la réflexion sur ce sujet. Plusieurs questions se posent :
- comment replacer le patient au coeur de ses soins ?
- comment créer de nouveaux liens et rapports entre patients et personnels soignants ?
- comment protéger les données personnels des patients ?
- comment les outils numériques et l'apprentissage automatique peuvent accompagner les patients et professionnels dans le traitement de la maladie ?

Projets Inspirants


Centre d'Excellence sur le partenariat avec les patients et le public

Le CEPPP s’appuie sur le travail de la Direction collaboration et partenariat patient (DCPP) – Faculté de médecine de l’ UdeM – et de la Chaire de recherche du Canada sur le partenariat avec les patients et le public – CRCHUM – pour créer des synergies et combler l’écart entre les pratiques et la science du partenariat entre les patients, les professionnels et le public.
Le CEPPP réunit des expertises provenant du réseau de l’ UdeM, de la santé, de l’éducation, de la recherche et du développement communautaire, afin de créer des collaborations à grande échelle entre les patients, les citoyens, les professionnels de la santé, les chercheurs et les décideurs. La réunion d’experts en partenariat (incluant des patients) de la région de Montréal, du Canada et de l’international pour identifier les questions clés, favorise l’apprentissage mutuel, le partage d’expertise et des découvertes révolutionnaires et permet ainsi à l’ UdeM de trouver des solutions communes qui humaniseront et amélioreront la santé de nos communautés.
Les 3 éléments principaux du CEPPP:
- Un laboratoire : pour développer et faire progresser la science du partenariat avec les patients et le public et évaluer son impact
- Une école : pour éduquer et former les parties prenantes dans la pratique du partenariat avec les patients et le public
- Un réseau : d'experts solidement ancrés par une communauté de patients engagés, axée sur la transformation des systèmes de santé


Projet Transplant-Action

Impact de l’implantation d’un programme d’entrainement créé́ en collaboration avec des patients partenaires sur la fonction cardiaque et le contrôle des facteurs de risque cardiovasculaires en post-greffe rénale et hépatique. Vous y découvrirez comment Dre Agnès Räkel, endocrinologue, au Service d’endocrinologie, et chercheure principale au CHUM y a fait la rencontre de celui qui allait devenir son patient partenaire dans sa recherche, Alexandre Grégoire, patient coordonnateur au Centre d'excellence sur le partenariat avec les patients et le public | Stratégie sur le partenariat avec les patients et le public, Unité de SOUTIEN SRAP du Québec patient cochercheur, CHUM


Buurtzorg

Site Internet



Emissions Radio

La chirurgie par temps de robots, France Culture, 6 mai 2017

Guy Vallancien, chirurgien, membre de l’Académie nationale de Médecine, pionnier en matière de robotique médicale, qui vient de publier Homo Artificialis, plaidoyer pour un humanisme numérique (Michalon, 2017)

Pendant très longtemps, les chirurgiens se sont servis de leurs mains pour opérer des personnes meurtries par le mal, pénétrant dans l’intimité la plus profonde de leur corps. Aujourd’hui, nombre d’entre eux manipulent des joysticks sans approcher de la table d’opération.
Ainsi est-on passé d’un monde de la médecine à un autre. Le nouveau déborde d’inventions qui déferlent en vagues successives de plus en plus rapprochées et transforment le chirurgien en joueur de console Nintendo.
Mais quelles sont les limites de la robotique médicale et de l’intelligence artificielle appliquée à la médecine ? S’agit-il seulement de soulager et de réparer celles et ceux qui subissent des maladies, des traumatismes physiques ou psychiques ? Ou bien s’agit-il aussi d’augmenter les capacités de l’homme au seul bénéfice d’un surcroît de puissance ou de longévité ? Plus généralement, devons-nous ouvrir les portes à une « post-humanité » dont nos ridicules limites humaines peinent à concevoir l’étendue des facultés, notre seule gloire étant de concourir à l’avènement de cette nouvelle espèce qui pourrait bien porter sur nous un regard de pitié condescendante et incrédule ?


Articles

Comment conciiier la recherche médicale et la protection des données de santé ? Droit & Technologies